SIMAR

❖ Bienvenue sur le forum des passionnés de motoculteurs Simar. Bonne visite.

Simar aux USA

04-04-2019 à 12:00:08
Bonjour

J'ai fait l'acquisition d'une revue américaine car il y avait deux pages sur les motoculteurs Simar. La revue en question est:
Farm Collector:









Je vais rajouter une traduction, mais il est 12 h , a table!!!

A plus

Marc
  • Liens sponsorisés



04-04-2019 à 13:34:40
Re

Voici une traduction assez correcte j'espère, n'hésitez pas à corriger s'il y a" gourance" de ma part

Rares



Les motoculteurs fabriqués en Suisse excitent les intérêts des collectionneurs aux États-Unis



Vous vous souvenez dans le parc jurassique du film quand un groupe de dinosaures particulièrement petits et au tempérament méchant, dotés de griffes extrêmement acérées, appelés velociraptors, a été ramené de l'extinction?
Les dinosaures autrefois morts se déchaînent, terrifiant tous les humains qu'ils rencontrent.

Dans le monde des tracteurs de jardin, les collectionneurs Jason Andrews, de Blanchester, dans l'Ohio, et Robert Urich, de Lewisbery, en Pennsylvanie, ont découvert leur propre version du vélociraptor: le rotoculteur à conducteur marchant, Simar.
Leur Simar est assez vieux, assez robuste et a des dents solides et pointues qui lui permettent de se qualifier presque comme de terribles lézards.
"Quand je commence ces spectacles, ils sont bruyants", déclare Jason. "Vous devez vous tenir à environ 3 mètres de distance sinon cela vous fera mal aux oreilles. Je ne plaisante pas. On dirait une Harley en première vitesse"

Le rugissement a même incité les responsables d'un spectacle à demander à Jason de fermer sa machine lors d'un événement spécial.

"La réaction de la plupart des gens est:" Qu'est-ce que c'est? " il dit. "Leurs yeux deviennent vraiment grands. Leurs bouches baissent. Ils appellent cela une « faiseuse de veuve »et s'en vont
Parmi les premières marques de machines de travail du sol qui sont finalement devenues des "Rototillers", la Simar a été fabriquée pour la première fois par la société Simar en 1918 à Genève, en Suisse. Il a été distribué aux États-Unis uniquement de 1932 à 1939. Il n’y a donc pas beaucoup d'engin à collectionner dans ce pays, selon des experts.
De retour à la maison dans l’Ohio, Jason garde deux rotomoteurs Simar. Il a acheté son premier motoculteur, le plus grand des deux, au voisin de sa grand-mère qui l'utilisait comme ornement de pelouse. Les antécédents de travail de la machine ne sont pas connus, mais Jason affirme que lors de son achat, il était en assez bon état. « Le moteur n’était pas bloqué et la compression était bonne ».
Le carburateur n'était pas bon. Quand je l'ai acheté, le carburateur était posé dans le garage du voisin de ma grand-mère et était cassé, explique-t-il.
Pour essayer de le faire fonctionner à nouveau, Jason a démonté le carburateur et quand il l'a fait, il a remarqué qu'il ressemblait à un carburateur de moto.

"Tout était là, quand je l'ai réparé, mais il devait y avoir de fissures car il coulait"
Comme aucun joint de remplacement n’était disponible, Jason a acheté du silicone bleu et l’a enduit à l’extérieur du pot pour en faire un joint. Le truc a fonctionné et la machine a démarré.
Les deux Simars que possède Jason n'ont qu'une seule vitesse d'avancement, mais les modèles ultérieurs ont deux vitesses d'avancement et une marche arrière. La marque suisse est beaucoup plus puissante que ses petits cousins américains maintenant fabriqués par Troy-Bilt Co. Le nom actuel de l’ancienne entreprise de motoculteurs.
En fait, selon Jason, les cylindres de la taille d'un pamplemousse sur son gros Simar sont si puissants qu'il n'a pas encore trouvé quelqu'un pour tenir la machine en place une fois celle-ci enclenchée.
De plus, les dents à ressort montées à l'arrière fonctionnent très bien. "Comme il est monté à l'arrière, le Simar pourrait creuser un peu plus profondément dans le sol", explique Jason.
"Et les dents à ressort fonctionnent bien par rapport à la plupart des dents actuellement montées à l’avant, qui sont généralement stationnaires.

Robert dit qu'il a vendu et réparé de nombreuses marques différentes de tondeuses à gazon, de tracteurs et de motoculteurs, après avoir été impliqué dans le secteur de la réparation de machines pour la pelouse pendant la plus grande partie de sa vie.
Pourtant, il n'avait jamais entendu parler d'un Simar avant une rencontre fortuite il y a quatre ans au Fulton Country Foliage Festival en Pennsylvanie. "Le gars a vu que j'avais des rototillers exposés, alors il est venu me parler d'un gros rototiller qu'il avait sur sa propriété", se souvient Robert, "Il a dit qu'il ne savait pas de quelle marque il était, mais il avait de grandes roues en métal et était monté à l'arrière.
Je me suis demandé de quelle sorte il s'agissait, alors je lui ai dit que je jetterais un coup d'œil. Il s’est avéré que ce type habitait à une trentaine de kilomètres et il m’a laissé l'avoir ne sachant pas ce qu'il donnait
Malgré son expérience, Robert ne savait pas au départ de quel type il s'agissait. "Je n'ai jamais vu cela au salon du tracteur et du moteur", déclare Robert. "C'est par chance que j'ai découvert celui-ci".
Lorsque Robert a fait nettoyer le motoculteur, il y a trouvé une plaque d'identification en laiton indiquant qu'il s'agissait d'un modèle Simar C30, brevet n ° 13458. Un ami, Robert Antram, a recherché l'information et a découvert que le motoculteur était rare.
Il était également en mauvais état, après avoir passé quelques années à l'extérieur. Les roulements étaient rouillés sur le vilebrequin et les dents du réducteur étaient détériorées. Les cales des roues étaient fortement sollicitées, les pistons étaient collés et le revêtement recouvrant les dents "ressemblait à une planche à laver", dit Robert.
Il reconstruisit les dents de l'engrenage , sabla et apprêta les roues puis remplit les trous restants avec du mastic de bidon automobile pour obtenir une finition lisse.Il trempa les pistons dans du kérosène et de l'huile pénétrante pour les détacher. Il a acheté de nouveaux paliers de vilebrequin et mis en place de nouveaux anneaux qu’il a "empruntés" à un ancien tracteur de jardin à roues à chevaux, une marque qu’il vendait autrefois.
Les principales bosses du toit de fraise ont été lissées avec un marteau et les plus petites bosses avec des outils de carrosserie. Une fois les travaux de carrosserie et de moteur terminés, le Simar a été peint en vert avec une bordure rouge.

Selon Robert, l’un des aspects de la restauration du vieil équipement est qu’il faut autant de temps que de patience pour terminer un projet. Après avoir restauré son Simar, il l’a emmené à plusieurs spectacles en Pennsylvanie et a reçu un certain nombre de compliments.
« Personne n’a jamais rien vu de tel parce qu’il a été importé de Suisse", explique Robert, "les gens n'arrêtaient pas de le regarder."
Et ce n’est pas seulement une bizarrerie non plus, explique Robert: Les motoculteurs montés à l’arrière ne vous font pas autant bouger que ceux montés à l’avant. C’est pourquoi le Simar est toujours meilleur que beaucoup de nouveaux modèles, s’il est en bon état ".

Il y a trois ans, Jason a acheté son plus petit Simar lors du salon des machines anciennes de la vallée de l'Ohio à Georgeton, dans l'Ohio.
« J'étais installé à côté de ce type qui avait un motoculteur Simar. Bien sûr, j'en ai eu un plus gros, et il en a eu un plus petit, alors nous avons dû parler.
Je lui ai demandé si je pouvais l'acheter et il m'a répondu «non». La deuxième année au salon, je l'ai revu, je lui ai donc redemandé si je pouvais l'acheter. Il ne l'avait pas cette année-là, alors je l'ai acheté la troisième année
Tout était intact et fonctionnait sur cette seconde machine, qui est une version exacte et réduite de la plus grande, à une différence près: un réservoir à essence en forme de tube est sur la plus petite.
"Je ne sais pas pourquoi le réservoir d'essence a été fabriqué comme ça. Peut-être que c'était une réflexion après coup. Celui qui l'a conçu a oublié le réservoir d'essence puis ils ont dû revenir et l'ajouter plus tard", dit Jason en plaisantant.


Le Simar plus petit a toutes les pièces d'origine. Tout est rouillé à l'extérieur, mais Jason dit qu'il peut voir une trace de peinture verte chasseur sous la rouille ainsi que des restes d'un vieux décalque. Plutôt que de faire une restauration complète de son Simar, Jason a choisi de laisser ses machines le plus fidèlement possible.

Sur le plus grand Simar de Jason, le carburateur était la seule chose à réparer. La longévité de ces machines est la preuve de leur conception robuste, ajoute-t-il.
Les deux motoculteurs sont lourds, cependant. Le Simar plus grand pèse entre 500 et 700 livres et nécessite au moins deux personnes pour le monter dans la caravane de voyage de Jason.
Le plus petit pèse plus de 300 livres. Sans le moteur en marche, il est encore plus difficile de se déplacer que le plus gros à cause de ses roues plus petites.
Jason et Robert disent tous les deux qu'ils sont attachés aux Simars, malgré leurs corps volumineux et encombrants.
Leurs principales raisons sont les mêmes: les Simar sont des objets de collection exceptionnellement rares dans le monde des tracteurs de jardin et des cultivateurs rotatifs des États-Unis.


A suivre

Marc
05-04-2019 à 08:10:55
Bonjour

Une autre traduction

Racines des rototillers


La société Simar Co tire son histoire du Dr Konrad von Mayenburg, de Genève, en Suisse, qui a reçu le brevet suisse n ° 1018843 le 27 février 1912 pour une "machine pour le travail du sol mécanique".

Von Mayenburg a décrit sa nouvelle invention de la manière suivante: "La puissance de la coupe de la terre par des outils tranchants dépendant principalement de la netteté, de la section et de la surface des outils ainsi que de leur découpe libre, permet de créer une section en crochet qui peuvent céder latéralement et vers l’arrière, comme les griffes d’un animal en train de racler, et suivre le chemin de la moindre résistance sur une courbe tremblante ou frissonnante. "

Siemens-Schuckert-Werke a cédé le brevet de von Meyenburg et a fabriqué les premiers cultivateurs rotatifs basés sur ce brevet. La société Simar a commencé à fabriquer une machine similaire en 1918. SIMAR est l'acronyme de Société Industrielle de Machines Agricoles Rotatives.

Dans les années 1920, les machines de travail du sol attirent l'attention aux États-Unis. Une filiale de la société Siemens a ouvert ses portes à New York et s’est établie sous le nom de Rototiller Co. La société a commencé à importer et à distribuer les machines, maintenant appelées rototillers, sous l’apprentissage de C.W. Kelsey.
La ligne de motoculteurs Simar a été ajoutée à la ligne Rototiller en 1932, fusionnant officiellement les deux sociétés auparavant indépendantes.

Les motoculteurs européens étaient des machines de haute qualité et bien construites, mais conçues pour les terres cultivées depuis longtemps d’Europe et non pour celles des États-Unis. Des modifications ont été apportées à la conception du motoculteur, rendant les dents plus durables et les machines plus petites et moins coûteuses. Le résultat fut le All-American Rototiller, introduit en 1934, dont la production débuta en 1937 à Troy, New York.


Presque sept décennies plus tard, le Rototiller Co est devenu le Troy-Bilt Co, et de nombreuses entreprises similaires ont également produit d'innombrables modèles de motobineuses rotatives, dont les origines remontent à celles des premiers Simars.


Marc
06-04-2019 à 11:34:44
Merci Marc tu te débrouilles bien en Anglais bravo
Bon we
Thierry

AC

06-04-2019 à 12:54:02
Robert Antram, dont il est question dans le texte, est en photo sur le site dans la page des 53.

Alain.
06-04-2019 à 15:38:15
Bonjour Thierry, bonjour Alain

J'ai trouvé l'adresse des deux collectionneurs, je leur ai envoyé un courrier, affaire à suivre…!

Une autre traduction:



Les deux Simar (à gauche) appartenant à Jason Andrew de Blanchester, dans l’Ohio, restent dans leur édition originale et non restaurée. La partie saillante au-dessus du plus petit est un réservoir d'essence. Simar est une entreprise de fabrication de la société industrielle suisse de machines agricoles Rotatives.



Robert Urich a restauré son Simar, en haut, et l'a peint en vert. Le même motoculteur est montré à droite dans son état non restauré. Sur le Simar non restauré, les capots avant et arrière ont été retirés pour révéler les pièces en mouvement qui sont normalement recouvertes.

A plus

Marc
11-04-2019 à 21:39:13
Bonsoir:

Je va étudié tout ça; parce-que je suis un week-end en Boulongne-sur-mer.
Très intéressant.
Bien trouvé Marc.

Etienne.
  • Liens sponsorisés